Dimanche 1er novembre 2015, commémoration, à 11h30, place de la Liberté, en mémoire des 24 Résistants tués lors de la libération de Besançon

Photo de la stèle commémorative de la place de la Liberté, inaugurée en 1946.

La stèle commémorative place de la Liberté

Pour la cinquième année consécutive, l’association Vivre aux Chaprais organisera une cérémonie commémorative en hommage aux 24 Résistants tués lors des combats pour la libération de Besançon les 6,7,8 septembre 1944.

Durant tout l’été, nous avons publié sur ce blog, les portraits de ces hommes qui ont fait sacrifice de leur vie. Du moins, selon des éléments recueillis dans les archives par mr Bernard Carré, un habitant des Chaprais, passionné par cette période de l’Histoire. Ces renseignements ont été complétés par les souvenirs de leurs familles, puisque nous avons retrouvé les traces, dans la région, de huit familles seulement de ces 24 morts.

De plus, il reste des zones d’ombre : par exemple, où sont les sépultures de Gustave Filippi et de Roger Pourchet?

Photo de Gustave Filippi à l'école de Guerre

Photo de Gustave Filippi

 

Extrait de l'acte de naissance de Roger Pourchet

Acte de naissance de Roger Pourchet

Nous avons interrogé la mairie de Montpellier, ville natale de Gustave Filippi qui affirme que sa sépulture n’est pas dans un cimetière de cette ville. Quant à Roger Pourchet, natif de Maisons des Bois, dans le Doubs, sa sépulture n’est pas au cimetière du village. Dans les années 50, il semble que la direction des cimetières de Besançon, ait demandé aux familles de ceux qui étaient enterrés dans le carré militaire du cimetière de Saint-Claude de bien vouloir assurer le transfert des corps dans des emplacements familiaux. Est-ce en raison de cette demande que nous ne savons plus où ils sont enterrés?

Et si pour la plupart mr.Bernard Carré a pu retrouver la profession de ces patriotes, ce n’est pas le cas pour Paul Berreux mort à 41 ans.

Le nom du résistant Paul Berreux est inscrit sur les plaques commémoratives de la Chapelle des buis.

Plaques commémoratives de la Chapelle des Buis

Enfin, rappelons que la stèle de la Résistance érigée place de la Liberté et inaugurée en 1947,  comporte quelques petites erreurs. C’est le cas pour Gustave Filippi, inscrit sur la plaque sous le

Sur la stèle de la résistance, le nom de Gustave Filippi est erroné.

L’inscription erronée concernant Gustave Filippi.

nom de Philippi.

Sur les plaques commémoratives de la Chapelle des Buis est inscrit correctement

Le nom de Gustave Filippi sur les plaques commémoratives de la Chapelle des Buis

 

 

 

Sur la stèle de la résistance le nom de Julien Pretot est erroné

Inscription erronée de julien Pretot

C’est le cas pour Julien Pretot, inscrit sous le nom de Prenot.

Sur les plaques commémoratives de la Chapelle des buis, le nom de Julien Pretot est inscrit correctement

Inscription correcte du nom de Julien Pretot à la Chapelle des Buis

 

 

Sur la stèle de la Résistance, place de la Liberté, Francis bouton est inscrit sous le prénom d'Honorat

Francis Bouton est inscrit sous le prénom d’Honorat, place de la Liberté

Enfin si le premier prénom de mr Bouton est bien Honorat tel qu’inscrit sur la stèle commémorative, il est enterré sous le prénom de Francis et une rue de son village natal porte bien, le nom de Francis Bouton : Francis était son 3° prénom et celui sous lequel il était connu au village.

C'est sous le prénom de Francis et non d'Honorat qu'est inscrit, sur les plaques commémoratives de la Chapelle des Buis, mr. Bouton.

Sur les plaques commémoratives de la Chapelle des Buis, c’est le prénom de Francis qui a été retenu

C'est sous le nom de Francis qu'une rue de Saône porte le nom de mr. Bouton

La rue Francis Bouton à Saône

 

La stèle indique que ce monument a été érigé, en 1946,par souscription, par le Front National. Mais on ne précisera jamais assez qu’il s’agit du Front National de lutte pour la libération et l’indépendance de la France créé en 1941 et dissout volontairement en 1948.

Il est indiqué sur la stèle, place de la Liberté, qu'elle a été érigée par souscription du Front National.

L’inscription de l’organisateur de la souscription afin d’ériger cette stèle

Aussi serait-il souhaitable que, dans le cadre du réaménagement de la place de la Liberté, une nouvelle stèle soit érigée, corrigeant les erreurs quant au nom et indiquant le véritable nom du Front National afin d’éviter les confusions.

En attendant, nous vous invitons à venir nombreux ce 1er novembre, à 11h30, place de la Liberté, afin d’honorer la mémoire de ces 24 hommes.

Nous reprendrons, dès samedi prochain, la publication des billets de Christian Mourey, sur le pont de la République.