Portrait du Résistant Adrien Ferrandon

Onzième portrait de Résistant tué lors des combats pour la Libération de Besançon, rédigé, comme pour les précédents, par mr. Bernard Carré.

La tombe d'Adrien Ferrandon se situe dans le carré militaire de Saint-Claude.

La tombe d’Adrien Ferrandon dans le carré militaire du cimetière de Saint-Claude.

FERRANDON Adrien Charles est né le 25 juin 1917 à Besançon (Doubs), fils de Gilbert, Gustave, tué à l’ennemi en 1918 et de Jeanne Plumeré ; il a deux frères et sœurs.

Sa profession était celle de manœuvre. Célibataire, il habitait à Besançon, 35, Chemin des Graviers Blancs, chez ses parents.

Lors du conseil de révision en 1937, avant son service militaire, il avait alors 20 ans, et il est décrit ainsi : cheveux bruns, yeux marron, front vertical, nez sinueux, visage ovale ; sa taille est de 1,68m. Son degré d’instruction est dans la catégorie 3.

Comme son père est « Mort pour la France », il était Pupille de la Nation. Et le Conseil de révision décida de le classer dans la 7° partie de la liste de 1937. Il est exempté pour atrophie rétinienne.

Malheureusement,  son feuillet matricule ne nous indique pas son affectation lors de la Mobilisation en septembre 1939. En effet, sous la rubrique Détail des service et mutations diverses, il est écrit en rouge : Fiche d’affectation créée le 1er octobre 1937, non récupérable 11 janvier 1939.

Photo de la cérémonie officielle de la libération de Besançon avec le défilé des Résistants FFI.

Cérémonie officielle pour fêter la libération de Besançon : le défilé des FFI (photo Musée de la Résistance, tous droits réservés).

Il ne nous indique pas non plus son action dans la Résistance.

Il fut tué à l’ennemi le 7 septembre 1944, lors d’un accrochage rue Charles Beauquier à Besançon. Il a reçu l’hommage d’obsèques nationales à l’Institution Saint-Joseph, avenue Fontaine Argent le 11 septembre 1944. Il est inhumé au Carré militaire du cimetière Saint-Claude  de Besançon. gros plan sur la tombe d'Adrien Fezrrandon au cimetière de Saint-Claude, dans le carré militaire.

Le 4 juillet 1945, il est déclaré « Mort pour la France » par avis du Secrétaire Général des Anciens Combattants. La transcription est effectuée le 10 juillet 1945 (cote AC 21 P 21266).

Sur la stèle commémorative Place de la Liberté, il est inscrit FERANDON Adrien.

Sources : Archives Municipales de Besançon, Recensement de population, 1936, Besançon, 11° section (1 F 196) ; État civil, registre des décès, 1944, acte de décès n° 913 (1 E nc) ; Convoi des victimes civiles et FFI décédés les 5-8 septembre à Besançon, obsèques nationales le 11 septembre 1944 (4 H 52/1) ; Archives départementales du Doubs, Recrutement militaire,  Registre matricule du recrutement, Subdivision de Besançon, classe de 1937, 2° volume, n° 501-1000, Feuillet matricule n° 653 (1 R 1029)Les Nouvelles de Besançon, 11 septembre et n°10, 20 septembre 1944 ; Memorial Genweb. Org (référence  bp-5167887); recherches de la délégation du Doubs du Souvenir Français.

Relevés de monuments : Besançon, Monument aux morts; Besançon, Stèle commémorative Place de la Liberté; plaques commémoratives de Notre Dame de la Libération à la Chapelle des Buis;

Le nom d'Adrien Ferrandon figure sur les plaques commémoratives de la Chapelle des Buis.

Plaques commémoratives de Notre Dame de la Libération à la Chapelle des Buis.

Besançon, Livre d’or des habitants de Besançon morts pour la France, 1961   (AMB,  4 H 83).