PATEU ROBERT une entreprise des Chaprais (suite)…

Un extrait du PV de l’assemblée générale du 10 mars 1962 illustre bien la vie de l’entreprise Pateu-Robert à cette époque:

« Comme vous le voyez, ce qui caractérise notre entreprise, c’est le manque d’originalité, c’est à dire sa régularité de marche. Nous avons à peu près le même nombre d’ouvriers et notre genre d’activité ne s’est pas modifié; étant peu mécanisés, nous continuons à être spécialisés dans les travaux d’entretien, dans la restauration ou la transformation de vieux immeubles. Cette activité limite nos bénéfices car elle nécessite une grande surveillance et des frais généraux élevés, mais elle assure cette stabilité dont je vous parlais tout à l’heure ».

En 1963, le capital de l’entreprise est augmenté. Il passe à 231 000 F sous forme de 2 310 parts de 100 F.

L'entreprise Pateu Robert exploitait une carrière de pierres de taille à la Malcombe

L’ancienne carrière de pierres de taille de la Malcombe : cliché Besançon Déclic Image (tous droits réservés).

L’année 1964 est marquée par l’expropriation de Pateu Robert de la carrière exploitée à la Malcombe : « Il nous a été signifié que notre carrière de la Malcombe allait être expropriée en totalité puisqu’elle est comprise dans la zone ZUP de Besançon. Il est incontestable  que cette privation va nous causer un gros préjudice. Cette carrière de pierre de taille dont la qualité était reconnue et homologuée, figurait dans les séries de prix de France, y compris dans celle des Monuments Historiques. Cette carrière était la seule de cette espèce dans notre région, elle nous constituait un véritable privilège. Pour le moment nous avons encore l’espoir de l’exploiter encore quelques années. »

A noter qu’à cette date, Jacques Séverin Charles Robert, architecte, domicilié 8 rue Delavelle, travaille dans un cabinet d’architectes Barrès-Jaboeuf-Robert installé 43 avenue Carnot qui conçoit l’immeuble du 11 rue de la Mouillère.

Dessin réalisé pour une plaquette de vente des appartements du 11 rue de la Mouillère

Dessin du futur 11 rue de la Mouillère

Robert, architecte, réalisera les plans du 11 rue de la Mouillère

La réalisation du 11 rue de la Mouillère

En 1973, la SARL est transformée en une SA au capital de 231 000 F. L’entreprise HORY, spécialiste à Dijon, comme Pateu Robert à Besançon, des marchés des monuments historiques se porte acquéreur d’une majorité du capital de l’entreprise bisontine (70%).

La famille Robert ne souhaite alors garder que 693 actions sur les 2310 du capital. Ce sont donc des membres du groupe Hory qui prennent les commandes (Pierre Daniel et Pierre Girard).

 

 

Les 16 appartements vendus, au 11 rue de la Mouillère, dans les années 60

L’actuel 11 rue de la Mouillère

En 1977, Michel Robert fait valoir ses droits à la retraite, suivi en 1980 par Maurice Robert. Et 1979 et 1980 sont deux années déficitaires. En 1980 le poste de Directeur est affecté à Daniel SAILLARD, auparavant cadre technique. Dès 1981, cela va mieux. Et Pierre et Michel Robert souhaitant leur départ complet à la retraite démissionnent de leur mandat d’administrateur. La famille Robert est alors propriétaire des terrains de la rue de la Mouillère et souhaite que ces terrains soient libérés. Le déménagement se fera sur 3 ans. L’encadrement de l’entreprise est à la même époque associé à la vie de l’entreprise. Une augmentation du capital est décidé par la création de 1010 actions nouvelles de 100 F. Ce qui porte le capital de la société à 332 000 F.

Le groupe Hory détient alors 1617 actions, la famille Robert, 693 et l’équipe de cadres 1 010.

L’entreprise s’installe au 21 rue des Tilleroyes. Les années 1983 et 1984 seront légèrement déficitaires et Daniel SAILLARD administrateur bisontin devient Directeur Général à la place du dijonnais Pierre Bouault. L’entreprise commence à créer des filiales comme Franche-Comté Étanchéité.

Restauration d'un bâtiment historique au temps de mr Daniel Saillarde

Le dirigeant Daniel Saillard

Et 1985 est un tournant puisque Daniel Saillard se porte acquéreur des actions du groupe Hory. En 1986 sont créées deux filiales: ADECO spécialisée dans la peinture, décoration, agencement et EGS (études, gestion, Services). Puis en 1988 c’ est la SIREC, spécialisée dans le ravalement de façade, restructuration et aménagement.

Les années qui suivent seront bénéficiaires et en 1989 le capital est porté de 332 000 à 1 048 500 F.

En 1991, l’entreprise commence son installation sur un terrain acheté rue Berthelot. A noter que cette année là, l’entreprise remporte un marché de 7 millions de F à Eurodisney.

Enfin en 1994, Pateu Robert intègre le groupe SGE devenu VINCI. Aujourd’hui l’entreprise est installée 26 rue Albert Thomas et elle est plus que jamais spécialisée dans la restauration des monuments historiques.

Nous aurons l’occasion de revenir sur l’ensemble des constructions connues et réalisées, aux Chaprais par la société Pateu Robert.

Sources : archives départementales du Doubs.

Revoir le premier article sur l‘histoire de Pateu et Robert

Les entreprises du bâtiment aux Chaprais

L’avenue Carnot