Le cinéma Casino d’autrefois….

Dans la partie droite du Casino avait été aménagée une salle des fêtes

La salle des fêtes du Casino au début du XX° siècle

Le 10 juillet 1892 lorsque le Casino de la Mouillère est inauguré à Besançon, le bâtiment des jeux comporte une splendide salle des fêtes. deux spectacles y sont programmés chaque semaine : des représentations théâtrales, des opéras-comiques, des concerts symphoniques ou des bals. Dans l’ouvrage de Jean-Pierre Gavignet et Lionel Estavoyer « Besançon autrefois »,il est précisé  : « On y accède par un grand vestibule pourvu de deux escaliers de pierre. La salle possède un vaste foyer. Elle a trois niveaux de sièges et un superbe rideau de scène, chef-d’œuvre de la maison Desservy. Une disposition ingénieuse de la toiture permet d’escamoter à volonté une partie de son plafond et de l’ouvrir sur le ciel étoilé, les beaux soirs d’été. Disposition ingénieuse, certes, mais fragile : elle est hachée par l’orage qui s’abat sur Besançon le 1er juillet 1895, et sa réparation entraîne de grands frais. »Le vestibule du Casino

 

 

 

 

L'immense salle des fêtes du CasinoDès l’année suivante, le cinématographe inventés par les frères Lumière nés à Besançon, se développe. La première projection bisontine aurait eu lieu le 6 mai 1896, dans la maison Savoye, immeuble horloger du Clos Saint-Amour. Puis cette animation va s’étendre dans différents lieux : fêtes foraines, cafés, etc. Mais des raisons de sécurité imposent des salles spécialisées. Et la première salle de cinéma à Besançon date de 1910 et se situe aux Chaprais. C’est la salle de spectacles l’Alcazar qui se transforme en cinéma l’Alca avec mille places! Et en 1912, la salle des fêtes du Casino devient le Ciné Excelsior. Ce cinéma aurait été parrainé par la société Poulain. En effet, les épiciers bisontins offraient des bons de réduction dans les tablettes de chocolat Poulain qu’ils vendaient.

Il devient Casino Cinéma en 1934. Il est alors exploité par monsieur Ernest Fallet. Cette salle est  louée pour une durée de 3,6, 9 ans à compter du 1er Mai 1934 pour un loyer de 25 000F par trimestre. L’expiration du bail vient donc à échéance le 15 avril 1943. Que se passe-t-il alors? Le bail ne semble pas être reconduit et mr Fallet intente un procès à la ville de Besançon et réclame une indemnité d’éviction de 6 millions de francs! Mais il perd son procès. Et en 1949, on trouve trace, dans les archives municipales d’un contrat entre la société fermière de l’établissement hydrominéral et du casino Besançon la Mouillère, société anonyme présidée par mr Steiner, au capital de 4 300 000 francs et monsieur Roger Fallet (le fils d’Ernest?) qui habitera 4  rue Just Becquet aux Chaprais. casino fallet cap

La société du Casino adresse un courrier à Roger Fallet exploitant du cinéma

Courrier de la société du Casino à Roger Fallet

Roger Fallet dirigera, dans les années 50,  deux autres cinémas dans la région l’Eldorado d’Ornans et le Stella de Baume les Dames. Cela durera jusqu’en 1955. Qui lui succédera, sous quelles formes?  L’écran du Casino est définitivement relevé en 1976.

Sources : Christian Mourey, Histoire du cinéma à Besançon de Michèle Tatu et Denis Bépoix, archives municipales fonds Fallet, Mémoire Vive Besançon, « Besançon autrefois » de Jean-Pierre Gavignet et Lionel Estavoyer éditions Horwath.