Qui se souvient des boucheries Hézard, aux Chaprais?

Une des boucheries Hézard, en 1960, place Flore. L'îlot de bâtiments a été détruit par la suite.

Boucherie Hézard, place Flore, 1960. Cet îlot a été, depuis démoli

Le petit commerce n’a pas toujours été petit. Au début des années 60, les boutiques alimentaires de proximité noyautent les Chaprais, à l’image de Battant. La concurrence est vive. A celui qui affiche un jour « des prix imbattables » le concurrent répond le lendemain « les prix imbattables battus ! »

André Hézard y possèdent trois boucheries: Place Flore, au 31 Avenue Carnot et au 99 rue de Belfort. Il a l’intelligence de l’adaptation. Avec Bernard Bonnet (Battant) et Maurice Benier (20 Avenue Carnot), il monte au début des années 70, une centrale d’achats informelle qui fonctionne bien. Mais le monde change. Les modes de consommation évoluent, tout comme les rythmes et les lieux de travail, les structures familiales…

André Hézard fit son apprentissage chez le charcutier Bernard Bonnet installé rue Marulaz. il pose avec la famille de B. Bonnet.

André Hézard, en apprentissage chez Georges Bonnet, charcutier rue Marulaz (à gauche sur la photo). B. Bonnet enfant est à droite au premier plan avec son père Georges Bonnet. Photo datée de 1936

La grande distribution, avec la complaisance du politique, va se charger d’harmoniser la partition. Au final, les boucheries de l’Avenue Carnot ont disparu, comme les 5 boucheries qui, à l’époque jalonnaient la rue Battant.

 

André Hézard à l'étal de sa boucherie, place Flore, en novembre 1960

André Hézard dans sa boucherie place Flore, en novembre 1960. L’abondance de l’étal donne une idée du débit.

Le tram/tour aux Chaprais propose désormais des agences immobilières spécialisées dans la pierre de chaumière (le cœur est facultatif) et des  vitrines bancaires où l’on ne comprend que D.A.B (distributeurs automatiques de billets). Mais le commerce alimentaire de proximité n’est pas mort car il vend encore. La grande distribution ne s’est accaparée que de 80 % de l’activité. La messe n’est pas dite. Le « petit commerce » a des opportunités avec la réorganisation des circuits, l’irremplaçable proximité avec le client…

 

photo de la boucherie de M. Benier qui avait succédé à A. Hézard, 20 avenue Carnot. La boucherie charcuterie a été refaite à neuf.

Boucherie de M. Benier, 20 avenue Carnot, refaite à neuf : 4/10/1962. M. Benier est le 2° à droite; face à lui son épouse et ses 2 enfants

 

Nous reprendrons des photos.

Billet rédigé par Christian Mourey

Trois des quatre photos sont de la collection B. Faille (site mémoire vive de la ville de Besançon, tous droits réservés).

La photo d’André Hézard en apprentissage chez B. Bonnet appartient à la collection privée de C. Mourey.

Il convient de rappeler que les Chaprais comptent encore 3 boucheries réputées : la Royale, à l’angle de la rue du Chasnot et de la rue de Belfort; Mollard, 65 rue de Belfort et Fred 11 rue Paul Bert.