L’armistice du 11 novembre 1918, à Besançon

Annonce de la capitulation de l'Allemagne par le journal Le Matin

La une du journal Le Matin

annonce de la capitulation de l'Allemagne par le Petit Comtois

La une du Petit Comtois le 12 novembre 1918

Nous aurions aimé évoquer les combattants, originaires des Chaprais, tombés au champ d’honneur. Mr Christian Mourey, commerçant à l’enseigne Battant Musique, féru d’histoire locale, a écrit dans un des derniers numéros du Bousbot, le journal de l’association Patrimoine Sainte- Madeleine (nous aurons bientôt l’occasion, dans un prochain billet consacré à l’histoire, d’évoquer leur travail et publication), un article fort bien documenté sur les victimes de son quartier, en dépouillant les bulletins paroissiaux de l’époque! De plus, rappelons qu’en l’église du Sacré Coeur figure la liste des bisontins morts à l’occasion de ce conflit. Mais cette église est le plus souvent fermée, à part pour les offices religieux . Mais nous ne désespérons pas: nous parviendrons un jour, à établir ce bilan pour notre quartier.

En attendant, nous avons choisi d’évoquer cet armistice du 11 novembre 1918 à Besançon, en consultant le site de Mémoire Vive de la ville et les collections numérisées du Petit Comtois de la bibliothèque. Bien sûr, nous avons lu avec attention (du moins nous l’espérons…) le n° du 12 novembre 1918. En voici des extraits.

« Le conseil municipal s’est réuni en séance extraordinaire à 4h1/2 (le lundi 11 novembre 1918) sous la présidence de mr Saillard, maire. 22 conseillers assistent à la séance,  (dont le docteur Heitz qui possédait une clinique à la Mouillère), ainsi que tous les chefs de service. Une foule nombreuse se presse dans la partie de la salle réservée au public. Le triomphe définitif et magnifique de la civilisation sur la barbarie, de la liberté sur la servitude, de la démocratie sur l’impérialisme se trouve donc solennellement consacré déclare le maire.

En pages intérieures, le compte-rendu du conseil municipal extraordinaire et les mesures militaires concernant la fréquentation des débits de boisson par les militaires

La page intérieure du Petit Comtois du 12/11/1918

Des adresses sont votées au Président Wilson et aux chefs de tous les états qui ont puissamment secondé son action décisive et clairvoyante. Autre adresse également au maréchal Foch et à tous les vaillants soldats de la République et de ses alliés. A tous les héros militaires et civils de la grande guerre. Ces adresses sont votées à l’unanimité.

Dessin reproduisant un soldat allemand qui se rend

Soldat allemand qui se rend

Mr. Saillard annonce qu’il a donné des ordres pour que les cloches de tous les édifices de Besançon sonnent pendant 10 minutes, trois jours de suite. Le personnel de la mairie, sauf les employés nécessaires pour assurer les services urgents aura congé mardi.

Rappelons que l’armistice est signé à 5h15 du matin et qu’il est déclaré effectif à 11h avec volées de cloches et sonneries de clairon.

Autre article intéressant, sous forme d’un communiqué de la mairie : Monsieur le maire a l’honneur de porter à la connaissance des intéressés les nouvelles instructions qu’il a reçues de l’autorité militaire concernant la fréquentation des débits de boisson et cafés pour les militaires de tous grades… Suivent des instructions détaillées qui concernent les militaires qui arrivent ou transitent par la gare. Sont autorisés, à certaines heures, des débits de boisson et cafés situés exclusivement  dans le secteur de la gare (avenue et rue de la Viotte). Les terrasses sont interdites aux hommes de troupe mais pas aux officiers! Ces derniers, de plus, bénéficient de dérogations horaires (jusqu’à 21h00). Non mais!

Nous reviendrons sur l’armistice à Besançon dans le billet de ce week-end.