Mme Colette Masson, responsable d’associations

Colette Masson, responsable d’associations

Colette Masson
Interview n° 19 réalisée le 4 mars et mise en ligne le 10 mars 2009 après réécriture et republié en 2014  sur le nouveau site web

Depuis quand et pourquoi êtes vous venue aux Chaprais ?
Nommée Directrice de l’école maternelle des Chaprais à la rentrée 1988-89, nous avons emménagé rue de Belfort dès la mi-juillet 1988.

 

L'entrée de l'école des Chaprais rue Baille

Quel a été votre parcours professionnel ? Pourquoi ce métier ?
Enseigner était un choix … et le premier remplacement effectué à l’école élémentaire de Novillars a confirmé cette volonté. Inutile de dire que les différents postes occupés (classe unique dans le Haut-Doubs, en hiver, Enfance inadaptée, etc …) ont été l’occasion d’une expérience enrichissante tant sur le plan professionnel que personnel. Depuis la rentrée scolaire 1970-71 et jusqu’à la fin de mon activité professionnelle, j’ai enseigné en Maternelle.
Et votre investissement dans des associations ?
Dès mon arrivée en maternelle, j’ai adhéré à l’association des instituteurs de l’école maternelle publique, l’AGIEM,devenue AGEEM, occupant successivement les fonctions de secrétaire, présidente de 25-1, relais académique au CA national. Au sein de l’association, nous avions la possibilité, au cours de réunions, de journées, de congrès nationaux de confronter nos enseignements, expériences, travaux, réflexions … sachant l’importance de l’Ecole Maternelle (école à part entière) pour les premières années scolaires du jeune enfant. C’est là qu’il « se » construit sur les plans cognitif, expérimental, physique, langage, social … En 2001, Besançon organisait le congrès national.
En dehors de cette activité professionnelle, avez-vous d’autres occupations ?
Oui, au cours d’une manifestation de retraités, j’ai fait la connaissance de la FGR (Fédération Générale des Retraités de la Fonction Publique) qui rassemble plus de 65000 adhérents au niveau national. Pendant quelques années, j’ai été la secrétaire de la sous-section de Besançon (dont le siège est au Centre Pierre Mendès-France, rue Beauregard dans le quartier des Chaprais). Non seulement nous étions en phase avec les demandes nationales et les appliquions au plan local, mais nous organisions aussi des activités comme des sorties, des séances d’activité cérébrale (PAC), de révision « conduite senior ».
Depuis plus de dix ans, je suis bénévole à l’ADEIC25, (association de défense, enseignement, information du consommateurs). Nous offrons à nos adhérents une aide personnalisée pour régler des litiges de la vie quotidienne, une formation sur différents thèmes (passage à l’euro, sécurité domestique …) et un matériel pédagogique (Célestin). Nous assurons une permanence à l’antenne locale située 4 B rue Léonard de Vinci. L’ADEIC est une association composante de Conso France.
Vous avez postulé pour faire partie du nouveau Conseil consultatif des habitants du quartier des Chaprais, pourquoi ?
BVV lançait un appel à candidature aux volontaires (2° collège) et je me suis inscrite. Sollicitée par la secrétaire départementale de la FGR-FP pour représenter le quartier en tant qu’acteur associatif, j’ai été élue au 3 ° collège. Je connaissais l’association Chaprais Rotonde et son intérêt pour le quartier.
Des liens unissaient l’école maternelle des Chaprais et le quartier : manifestations ponctuelles comme la décoration du sapin de noël, l’Art en vitrines, la fête au Parc des Chaprais …. Les interlocuteurs qu’étaient Messieurs J. Boichard et Claude Salomon ont favorisé le rayonnement de l’école maternelle dans le quartier : ils savaient écouter et en tenir compte de nos arguments.
Que pensez-vous du quartier des Chaprais ?
C’est un quartier
– plaisant qui a su préserver un caractère de village : les gens prennent le temps de se saluer et d’échanger.
– vivant grâce à la présence de commerces, de services de proximité, artisans,etc
– ouvert, car bien desservi par les transports en commun, la proximité de la gare
Quels changements observez-vous dans le quartier ?
Je ne sais pas si on peut parler de changements, le quartier conservant une certaine dynamique en partie grâce à l’association des commerçants et des événements comme le troc des Chaprais, Noël et la course cycliste, mais on peut noter un certain « ralentissement » et /ou un certain « détachement ».

Troc des Chaprais
Quelles améliorations seraient souhaitables dans le quartier ?
Des améliorations d’ordre pratique :
– étudier la possibilité d’installer des toilettes publiques dans le quartier, d’entreposer une poubelle à compost et prévoir un ramassage des « monstres ».
– envisager d’autres formes d’animations et manifestations, de la musique de rue par exemple le jour de la fête de la musique.
– et aussi, créer un véritable lieu de rencontres comme le sont les Maisons de quartier existantes à Besançon (Montrapon, Saint-Ferjeux, Velotte)
Mais cela sera l’objet du futur « travail » du Conseil, n’est-ce pas ? !

 

Depuis 2009, Mme Colette Masson s’est particulièrement préoccupée de l’aménagement de la place de la Liberté

Avec le chalet de compostage

chaletdecompostage-liberte

et le projet de réaménagement avec une statue

Place de la Liberté projets de statue

 

Categories: Portraits