Les cafés de la rue de Belfort……

café central rue de BelfortEn 1936, l’indicateur Fournier répertorie quelques 18 cafés (dont certains sont aussi des restaurants, voire des hôtels…) pour la seule rue de Belfort, sur toute sa longueur, donc jusqu’à Palente. En 1964, ils ne sont plus que 15, mais il convient de préciser que 3 nouveaux cafés ont été créés alors que 6 d’entre eux disparaissaient!

café de lyon rue de belfortSur cette carte ci-contre, on peut apercevoir au N°1, à gauche, l’hôtel Bellevue, puis l’enseigne du Café de Lyon au n°11 (disparu ensuite) et juste en face, on aperçoit au coin de l’avenue Carnot le Terrass Hotel (appelé au début du XX° siècle Hotel de la Gare) aux n° 6/8. Ces 2 hôtels existent encore en 1964.

Toujours du côté gauche, de suite après le café de Lyon, il y avait le café Convers au n°13, puis au 17 le restaurant Melof. On ne retrouve plus ces 3 établissements dans l’annuaire de 1964.

Au n°18, côté droit en remontant la rue en direction de Palente, existait le Café Belot, qui devient Café du Pur Jus en 1964. Au n° 20, le Café du Progrès. Au n°23, en 1964 , est signalé le Café Koly.Au N° 32 (actuel bureau de tabac Totem, proche de la rue des deux Princesses), ce café portera différents noms : café Baléar (1904),café baléar et du cercle

café central rue de Belfortpuis café Central puis Café Saillard. Avant d’être aborbé par le bureau de tabac.

Au n°37, le Café du Cercle dénommé aujourd’hui Midi 37, fermé pour travaux, qui sera le siège de la Mairerie des Chaprais (voir notre billet sur ce blog en date du 1/02/2014 ).

Au 42, le café Français déjà évoqué dans le précedent billet daté du 11/01/2014.

Au 55 apparaît dans l’annuaire de 1964 non répertorié en 1936 le Café de l’Etoile.

 

cheval blanc (2)

Puis, au 71, le café Lhommond qui deviendra le Café du Cheval Blanc avant d’être, depuis, remplacé par une banque.

DSCN1355Vous pouvez admirer ci-contre, à gauche, la superbe photographie réalisée par Daniel Simonin, dans les années 80,  qui tenait boutique au 12 rue Battant. Naturellement cette photo est « tous droits réservés ». A droite, la banque qui l’a remplacé.

 Au 101, il y avait le Café Dénariaz qui devient ensuite le Café Courgey; au 107 le Café Thiébaud (disparu dans l’annuaire de 1964); au 109, juste avant le pont sur les voies ferrées, le Café Tochot qui devient Café du Soleil; puis au 111, le Café Roberget qui devient le café Mavon; au 159 le Café Vernerey qui devient Café de la Croix de Palente, au 170 le café Berthoulot, au 189 le café restaurant de Palente, tous deux disparus en 1964 alors qu’apparaît, au n° 191, l’Auberge Comtoise, bar, restaurant, dancing….

Petite question pour finir : combien de cafés/bars existe-t-il encore aujourd’hui, rue de Belfort? Si vous avez des souvenirs liés à ces cafés, n’hésitez pas à nous les communiquer.

Une fois de plus, les renseignements et certaines photos illustrant cet article nous ont été aimablement communiqués par Christian Mourey, commerçant à l’enseigne Battant Musique. Qu’il en soit vivement remercié! 

 

 

 

Categories: Humeur des chaprais