Incivilités à tous les étages?…..

P1040766Notre billet de lundi dernier évoquait l’expérience réussie aux Chaprais du compostage collectif, que ce soit en pied d’immeubles ou dans les 3 chalets de compostage installés, chronologiquement, Cité Parc des Chaprais, place de la Liberté ou au FJT Les Oiseaux.

Cependant, comme dans l’ensemble de la ville, malheureusement, il est une autre habitude qui semble vouloir s’installer dans notre quartier : l’abandon de « monstres » sur les trottoirs. Il apparaît que ce phénomène prend de l’ampleur. Nous n’avons pas comptabilisé le nombre de nos interventions, à ce sujet, (toujours suivies d’effets) auprès de Proxim’Cité l’an passé. Mais nous sommes déjà intervenus une  première fois cette année. Avec le même succès puisque les services municipauxont fait le nécessaire le jour même ! Tout d’abord rue du Château Rose où un vieux matelas est resté une quinzaine de jours sur le trottoir. Nous pensions naïvement qu’un riverain allait alerter la ville! Et devant la persitance de ce dépôt sauvage, Vivre aux Chaprais a donc effectué un signalement vendredi dernier. D’autant plus que dans le même temps, un autre dépôt sauvage commençait à s’accumuler, sur le trottoir, à la pointe de la rue de la Rotonde et de la rue du Chasnot. Là aussi les services de la ville sont intervenus!

(photo ci-contre, à droite, dépôt sauvage place de la Liberté)

DSCN1112

 

Le directeur de la voirie, mr Daniel Mourot, interviewé en début de semaine à Radio France Bleu, signalait un phénomène en voie de développement (5 fois plus en 2013 qu’en 2012?…), et d’une telle ampleur qu’une équipe de 3 personnes est dédiée à ce type de ramassage à Besançon. Des agents assermentés essairaient de découvrir l’identité des auteurs de ces méfaits. Une lettre d’avertissement serait adressée à ces citoyens peu scrupuleux. Et en cas de récidive, une contravention de 150 € serait dressée. Il y en aurait eu une quarantaine sur la ville l’an passé.

Car chaque dépôt sauvage a un double effet pervers : s’il est laissé trop longtemps, il inciterait d’autres personnes à faire de même; s’il est enlevé rapidement, il provoquerait la même réaction!…

 

DSCN0989

Alors que faire? Nous souhaitons tout de même que les services municipaux soient alertés au plus vite car nos trottoirs ne sont pas des dépotoirs…Les déchetteries ouvertes aux quatre coins de la ville ne sont, désormais, accessibles qu’avec un badge nominatif accordé gratuitement aux particuliers après constitution d’un dossier auprès du Sybert. Est-ce pour cela que les « monstres » se multiplient? D’autres villes (comme Dijon…) expérimentent avec satisfaction, semble-t-il, l’enlèvement gratuit de ces encombrants dès lors que leurs propriétaires les ont signalés à un service dédié. Ce service représente, bien sûr, un coût supporté par l’ensemble des contribuables. Et il ne garantit pas la suppression totale des dépôts sauvages : mais il l’atténue…

Alors faudrait-il le créer dans notre ville? Aux politiques de faire des propositions si tant est qu’ils sont sensibles à cet aspect du cadre de vie de leurs concitoyens!