Le cimetière du Champ-Bruley

DSCN0745Certes, le cimetière du Champ Bruley ne fait pas partie, dans le découpage administratif actuel, du quartier des Chaprais. Mais le bulletin de la Société Syndicale pour l’amélioration des Chaprais,datant de 1887 indique : « on comprend sous le nom de Chaprais, toute la partie du territoire de Besançon qui est située au nord de la ville et qui se développe en pente douce entre le mont de Bregille et les Quatre-Vents jusqu’à Palente ». Ce qui équivaut, rappelle Fabrice Petetin, dans son mémoire d’Histoire déjà cité, relatif au développement des Chaprais, aux quartiers actuels des Cras, des Orchamps, de la Vaîte, Fontaine-Argent et des Clairs soleils.

Loin de nous l’idée de revendiquer ou d’annexer ces quartiers. Mais cela justifie le fait que nous évoquons ici, ce cimetière qui existait bien avant celui des Chaprais. Et rappelons ce qu’écrivait Anne-Lise Thierry dans son ouvrage consacré au Cimetière des Chaprais: « ce qui hâte la conception d’une nouvelle nécropole (les Chaprais), ce fut l’échec du Champ-Bruley…Son état, qui avait suscité dès son ouverture (en 1793) de nombreuses plaintes, ne put plus être passé sous silence après la tourmente révolutionnaire: lieu d’horreur et objet de répugnance, la population refusa de s’y faire enterrer préférant les anciens cimetières dont celui de Saint-Ferjeux ». Sous la Restauration, il est décrété que les protestants seront enterrés au Champ-Bruley. Et puis, y seront inhumés, en 1870-1871, 2 179 officiers, sous-officiers et soldats victimes de cette guerre.

DSCN0751

DSCN0752Un monument, au centre du cimetière rappelle cet événement du passé. Et c’est sous les deux pelouses situées à droite et à gauche du chemin d’entrée du cimetière que sont enterrés ces soldats.

Le 14 aôut 1893 était inauguré le « LIVRE D’AIRAIN » par la Société Française de secours aux blessés militaires. Occasion d’une grande fête patriotique avec cortège et défilé depuis la place Saint-Pierre jusqu’au cimetière, les autorités tant élues que représentants de l’Etat marchant en tête. Ce Livre d’Airain avait remplacé un document papier enfermé dans une boîte de plomb, dans le monument et comportant le nom de ces 2 179 soldats tombés au champ d’honneur des combats de Villersexel et d’Héricourt.. Dont au moins 500 franc-comtois. Il était consultable au pied du momnument avant qu’il soit enfermé dans le coffre que l’on peut voir sur cette photo de droite. Il avait été rappelé à cette occasion que le monument contient également les restes de 50 à 60 soldats dont l’identité n’avait pu être constatée et qu’il était fait mention des noms de 15 soldats ennemis tombés sur le sol de France.

Enfin rappelons que c’est ici qu’est enterré l’ancien maire de Besançon Jean Minjoz.(photo ci-dessous à droite)

DSCN0939

 

 

DSCN0755

Aves ses tombes anciennes,  et  ses grands arbres, ce cimetière est devenu, à l’image de celui des Chaprais, une sorte de nécropole romantique….

 

DSCN0758

Nous remercions l’historien bisontin, Lionel Estavoyer, pour les documents qu’il nous a communiqués au sujet de ce cimetière et qui ont permis la rédaction de ce billet.

Categories: Histoire & Patrimoine