Tags, la mairie persiste et signe….

P1040368Il y a eu, lors du dernier conseil municipal, la semaine passée, un petit débat sur les tags. Voici des extraits de ce que l’on a pu lire dans la presse à ce sujet :  » Le dispositif actuel contre cette pollution visuel va être amélioré. Aujourd’hui deux solutions sont proposées aux propriétaires : un contrat d’abonnement avec la ville ou l’appel ponctuel au service voirie. Les élus ont adopté, mercredi soir au conseil, la mise en place de nouveaux contrats proposés avec un forfait payable chaque année par le bénéficiaire ».

P1040369Parler de « bénéficiaire » pour la victime de ces tags, serait-ce un trait d’humour ? Un conseiller municipal a d’ailleurs déclaré : « celui qui subit l’agression du graffiti doit payer pour le faire enlever. Je ne m’y fais pas, je ne peux comprendre ce paradigme ». Ce à quoi le Maire aurait répondu :  » Je suis aussi fâché que vous, je ne me fais pas plus à ces graffitis. Et vous savez, je suis régulièrement tagué (le maire parle de sa maison). Et souvent le dimanche matin, je suis en short avec le rouleau à la main ».

 

P1030490

Au-delà de ces propos, rappelons que Besançon est la seule ville de cette taille qui persiste dans sa politique d’abonnement (nous ne manquerons pas de disséquer les nouveaux contrats dès que nous les connaîtrons). C’est à dire, comme le rappelle ce conseiller municipal, que c’est à la victime de payer! Or cette pollution visuelle est subie non pas uniquement par le propriétaire des lieux tagués! Ce sont tous les bisontins qui se sentent agressés par ce phénomène! Comme dans toutes les autres villes, nous persistons à réclamer que ce service soit gratuit et plus efficace!

P1030713