Les rues privées aux Chaprais à la fin du XIX° siècle

P1040144Une partie de la voirie des Chaprais revient à des initiatives privées lors du développement du quartier à la fin du XIX° siècle. Comme le rappelle Fabrice Petetin dans son Mémoire que nous avons déjà abondamment cité dans des billets précédents « des propriétaires fonciers tracent au centre de leurs terrains un chemin (qu’ils cèdent parfois à la municipalité), et découpent les deux moitiés ainsi créées en parcelles constructibles. Ce mouvement commercial a donné naissance à de nombreuses rues qui sont la plupart des rues actuelles du quartier ».

Et de citer comme exemples la rue de la Liberté, la rue Fourrier, la rue du Château Rose. N’oublions pas que la rue de la Liberté était dénommée auparavant rue des Capucins, du fait de la présence en bas de la rue du couvent des Capucins à côté de l’église Sainte-Colette. C’est en 1881 que cette rue prend son nouveau nom attribué par une municipalité soucieuse de gommer les références religieuses…

P1040419

 

Et si certains chemins restent privés, d’autres, comme la rue du Cercle, sont donnés à la ville, en 1881 afin qu’elle soit entretenue comme une rue municipale.Certaines plaques émaillées en bleu, avec le nom des rues en blanc, portent encore l’indication de la numérotation des anciens chemins vicinaux! Ainsi la rue de la Mouillère est l’ancien chemin vicinal n°26, tandis que la rue de l’Eglise est le n°18.

Le faubourg des Chaprais, intégré à la ville en 1880, entendait bien obtenir les mêmes avantages que les habitants des vieux quartiers de Besançon…