Le pont en fil de fer….

pont des chaprais 1

Au début de l’année 1830, la municipalité décide de construire deux nouveaux ponts sur le Doubs afin d’améliorer la circulation. Une ordonnance royale publiée le 25/05/1833 autorise la ville à construire ces deux ponts. Tout d’abord, nous indique Fabrice Petetin auteur d’un mémoire sur le développement des Chaprais au XIX° siècle il faut reconstruire sur des piles de pierre le pont de bois de Bregille menacé par les crues. Dès 1837 il ouvre aux passants et aux véhicules ».

pont des chaprais 2

L’autre pont doit prolonger la rue de la République qui vient d’être percée (elle s’appelait alors rue Neuve Saint-Pierre). Dès 1831, les élus discutent de ce pont mais ne parviennent à se mettre d’accord qu’en 1833, avant de se rabattre l’année suivante sur un projet de pont suspendu : l’adjudication est passée à mr Vieillard le 4 novembre 1834 pour la construction et la concession limitée de ce pont à une durée de 34 ans, 11 mois et 14 jours! L’armée va exiger des modifications et déclare que ce pont peut être détruit à tout moment si la défense de la ville le nécessite… Les essais de robustesse  ont lieu le 2 janvier 1838 et l’ouverture au public le 10 janvier de la même année. Les pierres des piles qui le soutiennent  sont de Damparis et étaient un gage de robustesse! De ces hauts piliers de pierre partent des cables qui tiennent le pont. Ce qui est nouveau pour les bisontins qui le surnomment ainsi « le pont en fil de fer ».Il est à péage : il en coûte un sou pour l’emprunter! Il faudra le prolonger  par une nouvelle rue. Nous en parlerons dans un prochain billet.

CP-B-P76_0204_01

Ce pont sera reconstruit, en 1883, en pierre. Détruit pendant la seconde guerre mondiale, il sera reconstruit en 1947.