Quand l’ancienne usine d’automobiles Schneider devient le collège Saint-Joseph au 28 avenue Fontaine-Argent….

P1020369Dans notre précédent billet, nous avons évoqué l’histoire de l’usine automobiles Schneider fermée le 31 juillet 1931. Elle fut rachetée par la SADIM (Société Anonyme d’Instruments de Motoculture) dont le conseil d’administration était présidé par Pierre TABOURIN, un ancien pilote de voiture Schneider aux 24h du Mans de 1927 ( les deux automobiles engagées cette année là ne terminèrent pas l’épreuve alors que l’année précédente une voiture Schneider avait terminé 6°….). Dès le début des années 30 , l’Ecole Supérieure Saint-Joseph, créée en 1883, installée rue Pasteur, acquiert ces locaux. L’ouverture est prévue pour le 1er octobre 1937, mais la pose de la première pierre n’interviendra que le 19 mars 1938 (19 mars, c’est le jour de la fête Saint-Joseph).  Il s’agit de construire devant l’usine, caractéristique par ses toits dits en shed,c’est à dire en dents de scie, un nouveau bâtiment.(le toit en shed est le symbole d’une usine: voir panneau ci-contre).

symbole de l'usine shed

C’est l’architecte bisontin René TOURNIER – ( il est en fait, né à Rennes en 1899, sa famille étant originaire du Jura. Il s’installe à Besançon en 1931) – qui conçoit les plans alors qu’il vient de terminer la Cité Universitaire. Ce bâtiment que l’on peut admirer aujourd’hui, est construit en pierre, mais toutes les ouvertures sont soulignées par des briques ( voir au sujet de cet architecte, l’excellent article que lui a consacré mr Michel DEMENGE, architecte , dans le bulletin n° 53 bis de juin 2013, de l’association Renaissance du Vieux Besançon).

P1030978

En septembre 1939, le collège est tout neuf, mais il sera bien vite réquisitionné par les troupes allemandes, puis françaises à la Libération. Il faudra attendre le 1er octobre 1946 pour que la rentrée puisse s’effectuer avenue Fontaine-Argent. Le groupe scolaire comprend aujourd’hui, le collège Saint-Joseph, le Lycée Professionnel Saint-Joseph et de l’autre côté du boulevard Diderot, dans des locaux plus récents, accessibles par une passerelle, le Lycée Général et Technique Saint Paul et l’Ecole Sainte-Colette qui a quitté, il y a quelques années, ses locaux vétustes de la rue de la Cassotte.

Categories: Histoire & Patrimoine