la brasserie Gangloff

gangloff 1Lors de notre billet publié le week-end précédent, nous avions évoqué l’existence, depuis la fin du XVIII° siècle, le long du ruisseau de la Mouillère, de la brasserie Greiner (d’abord le père puis le fils), vendue ensuite à la famille Boiteux (d’abord le père puis ses fils). Et ceux-ci vendirent à leur tour à monsieur GANGLOFF, quelques années avant la guerre de 1914. On se souvient que les fils Boiteux avaient modernisé leur brasserie au point de produire 1 000 hectolitres de bière en 1896. Modernisation poursuivie par Gangloff puisque, en 1923, cette société au capital de 1 300 000 F de l’époque atteint la production annuelle de 50 000 hectolitres.Une des raisons du succès de cette bière semble reposer sur ce ruisseau de la Mouillère qui produit une eau à 11° et d’une grande qualité.

La publicité (la réclame disait-on, à l’époque) a laissé de nombreuses traces de la Suprême Bière Gangloff. Les collectionneurs des nombreuses affiches, plaques émaillées, verres siglés, carton de sous bocks sont encore nombreux aujourd’hui et vous pouvez en acheter sur internet sur des sites spécialisés. Une affiche proclamait ainsi : Le vin est cher, buvez de la Gangloff!…

verre G

 

gangloff 1943

La marque Gangloff reste donc bien connue des vieux bisontins. L’usine fut en partie détruite le 16 juillet 1943 (voir photo ci-contre), lors du bombardement de la gare Viotte par les anglais (rappelons que le siège de la compagnie de tramways, tout proche, fut lui aussi bombardé et ses archives détruites…). L’activité cessa en 1966. L’établissement fut ensuite démoli pour laisser la place à l’immeuble » Le Président ».

denfert rochereau 2 gangloff

 

Categories: Histoire & Patrimoine