Quand le bâtiment va, tout va?…pour qui?…

lotissement2

Pour faire suite à nos réflexions dans le billet publié mardi dernier, revenons sur cette question de l’emploi dans le bâtiment qui semble tant préoccuper promoteurs et constructeurs.

En effet, le 18 septembre 2012 dernier, nous pouvions lire dans le journal local : « Bâtiment : « 1 400 emplois en jeu« . C’était le cri poussé par le président régional de l’Union des maisons françaises qui prévenait : «  si les aides à l’accession à la propriété ne sont pas prolongées, le bâtiment sera durement frappé ». Il annonçait, en effet, une baisse d’activité de 10% en Franche-Comté et une chute des ventes de 25% sur les douze derniers mois. La crise économique n’est pas étrangère à cet état de fait! Et l’emploi conditionne le logement. Mais, bien sûr, il ne s’agit pas de nier ces chiffres! Mais de pousser la réflexion un peu plus loin…Rappelons-nous tout d’abord que l’ancien Président de la République voulait faire de la France un pays de propriétaires! Qui ne rêve de possèder sa petite maison située à la campagne, pas trop loin de son emploi?…D’autant plus que le coût de l’immobilier collectif, dans le neuf,( comptez entre 3 700 et 5 000 € le m2), pour le prix d’un

appartement de trois ou quatre pièces, on peut espérer une petite maison, avec un peu d’espace vert autour, mais le plus souvent éloignée de Besançon!

lotissement1

Et là le rêve se transforme vite et la réalité est  toute autre! Si le couple travaille, il faut souvent deux voitures, malgré le réseau d’autobus mis en place au niveau de l’agglomération. Lorsque les enfants sont petits, les petites communes n’offrent pas toujours les possibilités de loisirs ou d’activités sportives et culturelles qu’offrent de plus importantes et en particulier Besançon. D’où de nombreux déplacements à assurer. Si l’emploi de l’un des deux adultes est menacé…cela peut tourner à la catastrophe! Mais bien sûr, le pire n’est jamais sûr….

D’autre part, on assiste, autour de Besançon, à un véritable mitage du territoire rural, avec ces lotissements, le plus souvent sans caractère, qui posent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent!

Lotissement3

Alors?..Chaque habitant est bien sûr libre du choix de son logis! Mais nous pensons qu’il serait plus judicieux de construire, en ville, des logements agréables, écologiques, laissant pénétrer largement le soleil, à des coûts accessibles! Ce qui n’est pas toujours le cas aux Chaprais où chacun peut juger que la densification horizontale a remplacé la densification verticale…. C’est pour cela que nous souhaitons une modification des règles du plan Local d’Urbanisme (PLU) dans notre quartier!